« Lait collecté et conditionné en France » :
un cahier des charges précis et une Charte d’engagements respectée

 

Deux ans après son lancement, le logo « Lait collecté et conditionné en France » est déjà présent sur plus de 60% des bouteilles et briques de lait proposées dans le commerce. Il a, en effet, remporté un vif succès auprès des professionnels de la filière, des distributeurs et des consommateurs.

L’objectif de ce logo, initié par Syndilait (regroupant es fabricants français de lait de consommation) est d’aider les consommateurs à repérer facilement l’origine du lait, en leur garantissant un lait 100% français, c’est-à-dire issu exclusivement de lait provenant de fermes françaises puis conditionné en France. Ils ont ainsi la garantie de bénéficier d’un lait issu d’un secteur engagé dans deux grands programmes de maîtrise de la qualité :

  • sur l’amont laitier : la Charte des Bonnes Pratiques d’Élevage (CPBE). Actuellement, c’est plus de 90% des éleveurs laitiers qui sont adhérents à la CBPE. En 2020, ils seront 100%.
  • sur les produits : l’Institut Professionnel du Lait de Consommation (IPLC). 100% du « lait collecté et conditionné en France » est suivi par l’IPLC.

Pour les fabricants de lait de consommation, ce logo constitue un moyen de sensibiliser et d’encourager les Français à la consommation citoyenne. En achetant du lait français, les consommateurs soutiennent une filière ancrée dans les différents territoires de France, favorisant les activités économiques locales, le maintien de l’emploi dans les zones rurales, contribuant à la vie fiscale du pays, à la lutte contre le chômage, etc.

 

Un cahier des charges précis

Un cahier des charges très précis détermine l’utilisation du logo « Lait collecté et conditionné en France ». Il repose principalement sur les critères suivants :

  • Un lait matière première 100% français,
  • Un lait conditionné en France,
  • Un audit annuel sur les sites de conditionnement apposant le logo sur une ou plusieurs références sera réalisé par un organisme de contrôle indépendant (Bureau Veritas).

 

Le respect d’une Charte d’engagements

En 2016, les professionnels ont renforcé leur mobilisation en faveur du  logo « Lait collecté et conditionné en France » en créant une Charte transparente et exigeante en 6 points mettant en exergue leurs principaux engagements.

Cliquez sur les 6 engagements pour les découvrir en détail.

 

123456

Lait collecté et conditionné en France

Pour permettre aux consommateurs de repérer facilement le lait 100% français, issu exclusivement de lait provenant de fermes hexagonales puis conditionné sur le territoire, les professionnels ont créé le logo "Lait collecté et conditionné en France".

Ce point de repère s'appuie sur une Charte détaillée, transparente et exigeante en 6 points.

La filière du lait de consommation, représentée en France par Syndilait a, en effet, de nombreux atouts à faire valoir auprès des consommateurs. Elle propose un lait de haute qualité, tracé et strictement contrôlé, leur permettant de bénéficier de produits d'exception auxquels ils peuvent accorder toute leur confiance.

Grand pays laitier, la France est riche de terroirs différents, avec un climat tempéré propice à la prairie et aux cultures. Les éleveurs laitiers sont présents dans plus de 90% des départements français et s'adaptent aux différents terroirs pour produire le meilleur lait. Leurs élevages à taille humaine livrent chaque jour des laiteries ancrées en régions. En France, une trentaine de sites répartis sur tout le territoire conditionnent du lait. Au total, la filière française du lait de consommation représente environ 24 000 collaborateurs, engagés pour offrir des produits d'une qualité optimale.

1

Des élevages familiaux, bien implantés dans le territoire

- Les éleveurs français : majoritairement propriétaires de leur ferme et de leurs animaux

* Les éleveurs, dans la très grande majorité des cas, sont propriétaires de leurs terres et de leurs animaux. Ils assurent la main d’oeuvre de leurs exploitations.

* Ils sont le plus souvent indépendants, car les élevages sont très peu financés par des capitaux extérieurs.

- Engagés dans la vie du territoire : ils participent au maintien de l’activité dans les zones rurales (école...) et sont nombreux à s’engager dans la vie citoyenne locale (politique, associative…).

- Diplômés : le niveau de formation des éleveurs est de plus en plus élevé ; l’équivalent du bac est aujourd’hui nécessaire pour obtenir des aides à l’installation.

- Responsables : les éleveurs livrent leur lait à des laiteries situées à proximité de leurs fermes, limitant ainsi l’empreinte carbone.

Par exemple : En moyenne, pour collecter 1 000l de lait, il faut parcourir moins de 10km. En 2020, 90% des chauffeurs ramasseurs seront formés à l'éco-conduite.

2

Des animaux sains et en bonne santé

- Origine française des troupeaux : les vaches des troupeaux laitiers français sont à plus de 99% nées et élevées en France.

- Respect du bien-être animal :

• Propreté des animaux assurée en toutes saisons.

• Aération constante des bâtiments.

• Manipulations des animaux en douceur.

• Sortie des vaches en pâturage dès que les conditions météorologiques le permettent.

- Alimentation adaptée et produite en priorité sur la ferme

• En moyenne, plus de 90% des aliments sont produits sur les exploitations et 98% en France

• Adaptation aux ressources locales : herbe, remplacement du soja par du tourteau de colza, des légumineuses…

- Maîtrise de la taille des troupeaux : les éleveurs sont à la tête de fermes à taille humaine.

Par exemple : la taille moyenne du troupeau est inférieur à 80 vaches laitières par éleveur.

3

Des entreprises responsables

- Politique d’achat responsable : les entreprises cherchent à inscrire leurs achats dans le développement durable.

Par exemple : les entreprises les plus avancées sur ce point assurent une diffusion d'informations sur l'achat responsable et le secteur s'engage à avoir une politique d'chat responsable partagée par tous en 2020.

- Gestion de l’énergie et de l’eau: les entreprises suivent toutes leurs consommations d’énergie et sont engagées dans des démarches d’optimisation.

- Sécurité au travail : la sécurité des collaborateurs est un point étroitement contrôlé par les entreprises de la filière. Certaines vont jusqu’à intégrer ce facteur dans la part variable de la rémunération.

Par exemple : mise en place, par les entreprises, d'une démarche de sensibilisation du personnel aux risques liés aux accidents du travail.

- Politique salariale : des systèmes de rémunérations conformes aux plus strictes réglementations en vigueur.

Par exemple : la rémunération du personnel des sites laitiers est toujours au-dessus du Smic.

4

Un lait de qualité

- Des animaux sains :

• Non collecte du lait des animaux sous traitements médicaux.

• Suivi sanitaire constant du troupeau : chaque troupeau possède son carnet de santé.

- Un lait contrôlé :

• La qualité du lait collecté influence le prix d’achat à l’éleveur.

• Surveillance constante de l’équilibre du lait pour assurer sa capacité à être transformé.

- Une absence de résidus médicamenteux vérifiée : l’absence de résidus médicamenteux est rigoureusement contrôlée.

Par exemple : 100% du lait mis sur le marché est exempt de résidus antibiotiques.

5

Des produits sains et adaptés à tous

- Qualité sanitaire : le lait conditionné en France est soumis à une réglementation sanitaire très stricte.

- Qualité nutritionnelle : le lait de consommation, source de calcium, est une boisson « nutritive » contribuant à l’équilibre alimentaire quotidien.

- Un allié du quotidien : on retrouve le lait de consommation à tous les moments de la journée : pur, combiné à d’autres ingrédients ou encore au coeur de recettes.

- Adapté à tous les budgets, même les plus faibles.

Par exemple : les laits sont contrôlés par l'IPLC (Institut Professionnel du lait de Consommation) et les usines font l'objet d'un audit annuel.

6

Engagement sociétal au service de la collectivité

- Transparence des sites de production : ouvertures des laiteries et des élevages au public dans le cadre de la Journée Mondiale du Lait.

Par exemple : 10 000 visiteurs participent en moyenne chaque année à la Journée Mondiale du Lait

Actions pour soutenir la prise du petit-déjeuner : lutte contre la baisse de la consommation du petit-déjeuner qui touche particulièrement les enfants (lutte contre le déficit d’attention, contre le surpoids,…).

Par exemple : en 2016, plus de 140 leçons de goût ont été réalisées par les salariés du secteur laitier lors de la Semaine du Goût.

Valorisation du lait français avec le logo « lait collecté et conditionné en France » : mise en place d’un point de repère fiable pour les consommateurs, s’appuyant sur un cahier des charges précis.

Par exemple : les entreprises qui apposent ce logo sur leurs produits sont auditées une fois par an.